catherine gendrin

   "Catherine Gendrin nous a quittés ce dimanche 12 décembre, doucement, sans souffrir.
Sincère, généreuse, humaine, révoltée, une grande Dame s'en est allée."




Je vous invite à lire l'article par l'édition Rue du monde dans le magazine Citrouille




Un hommage collectif sera rendu à la conteuse Catherine Gendrin le 3 mars, à 20 h, au Théatre Charcot à Marcq en Baroeul.







« Djaziâa la tapageuse »

En librairie le 5 octobre 2010

jazzia la tapageuse couverture

éditions Didier jeunesse.

portrait-jazyaa

Dans le village paisible de Kristel, à 20km d’Oran, au bord de la mer, un rocher s’avance crânement dans la mer. Il s’appelle Derdaza, ce qui signifie « celle qui fait du bruit en tapant du pied », « la tapageuse ».
Les marins racontent que les jours de tempête on entend le cri de la femme qui se dresse brusquement sur ce rocher.
Qui est-elle ?
Que lui est-il arrivé ?
(à partir de 10 ans)

Pour vous plonger dans le livre voici une plaquette de Didier jeunesse.

En novembre 2010 doit paraître

« Contes des nomades du monde » éditions Rue du monde

Catherine a participé à tous les recueils de contes de cette collection, écrivant seule ou en collaboration avec d’autres conteurs : Contes du monde, des régions de France, de Chine, les contes juifs et arabes réunis. Elle propose cette fois, l’imaginaire des peuples nomades d’Afrique, d’Asie centrale, d’Amérique du nord, et d’Europe.

Elle s’appuie sur ses lectures, ses rencontres, mais aussi sur ses souvenirs de voyage et de collectages au Maghreb ou dans l’Altaï et le Kirghizstan.
(à partir de 8 ans)

« Le bal de sorcières »

Un pari, un défi…

Raconter avec 70 musiciens classiques à la salle Pleyel de Paris !

En collaboration avec l’orchestre national de Paris, les jeunesses Musicales de France ont demandé à Catherine Gendrin de s’associer à une série de concerts symphoniques dédiés aux jeunes spectateurs (scolaires et tout public). L’orchestre sera dirigé par le chef Fabien Gabel.
Le thème choisi étant « Le bal des sorcières », Catherine racontera une histoire de son choix, qui viendra s’intercaler entre ou avec les œuvres classiques préalablement sélectionnées. Ces concerts-spectacles se joueront à la salle Pleyel de Paris du 1ier au 10 avril 2010.
Catherine a adapté librement un conte tsigane « Yeghvala la belle sorcière ». Belle mais non maléfique. Une réflexion sur le vieillissement, mais aussi sur le fait d’accepter les différences. On naît sorcière, doit-on être rejeté pour autant ?
Les œuvres musicales s’inspirent du folklore des contes européens et de la littérature.
Hansel et Gretel d’Engelbert Humperdinck, Mac Beth de Giuseppe Verdi, Baba Yaga, Kikimora, et le lac enchanté d’Anatole Liadov, la damnation de Faust d’Hector Berlioz , Faust de Charles Gounod.

Costumes et mise en scène : Christophe Waïss
Liens : les Jeunesses Musicales de France : www.lesjmf.org
Orchestre de Paris: www.orchestredeparis.com

Joha, héros de la Méditerranée

Des élèves collectent des histoires

Catherine écrira son épopée

On l’appelle Juha, J’ha, Goha, Giuffa, au Maghreb, en Egypte ou en Sicile, mais aussi Nasr’Eddin en Turquie, Effendi en Chine occidentale . Il est le fou, le sage, le rusé qui se moque des puissants. Ses seules armes : la parole et le rire.
Des élèves de Sicile, du Maroc, d’Algérie et de Marseille sont allés collecter chez leurs parents ou amis les histoires de ce truculent personnage. Puis ils ont inventé à leur tour des situations plus contemporaines, se passant dans leur ville et leur quartier, où ce héros pourrait faire exister son talent de philosophe, de rhétoricien et de blagueur.
Catherine a aidé un peu les enfants d’Oran, dans l’ébauche de leurs récits. Lorsque les histoires de ces quatre pays seront réunies, elle aura la tâche d’écrire « L’épopée de Joha » trouvant le fil qui reliera toutes ces péripéties, venues du nord et du sud de la Méditerranée, afin de réaliser un livre qui sera traduit en quatre langues. Un joli projet qui dépasse les frontières et traverse les mers.

Responsable du projet « Mare Nostrum, les aventures de Juha »: Simona Gabrielli
Leur site internet: marenostrum.marsnet.org